Bouchons à vis : sont-ils vraiment si mauvais pour le vin ?

Il est évident qu’aujourd’hui on a plutôt tendance à stigmatiser les bouteilles de vins fermées avec des bouchons à vis. Beaucoup de gens croient que les vins à bouchons vissés doivent être bon marché, ne peuvent pas vieillir correctement, et signalent très certainement que vous vous souciez plus du prix que de la qualité. Cette croyance est particulièrement répandue aux États-Unis, où seulement 30% des vins sont embouteillés avec un bouchon à vis, et beaucoup d’entre eux sont, en fait, de mauvaise qualité. Maintenant, prenez la Nouvelle-Zélande : 90% des bouteilles de vins y sont scellées par des bouchons à vis, que ce soient des vins de table bon marché ou parmi les meilleures bouteilles du pays. D’où vient alors sa mauvaise réputation ?

Pendant des siècles, le liège a été le matériau favori pour fermer les bouteilles de vin. Nous associons le rituel de l’extraction d’un bouchon avec du bon vin. Les sommeliers doivent d’ailleurs pratiquer et passer un examen pour ouvrir « correctement » une bouteille de vin à bouchon de liège. En revanche, n’importe qui peut tordre un bouchon à vis, ce qui peut troubler certains puristes.

Bouchon en liège : ses avantages et inconvénients

Mais revenons en d’abord au bouchon en liège : c’est une ressource limitée mais permettant une fermeture de vin efficace car elle est souple, solide et imperméable aux liquides. Pourtant, le liège permet à une très petite quantité d’oxygène de passer à travers, ce qui, selon beaucoup, aide un vin à évoluer en bouteille, une bonne chose pour les vins que vous voulez vieillir.

Cependant, un pourcentage de tous les vins embouteillés avec des bouchons en liège sont la proie d’une bactérie appelée TCA, ce qui donne au vin une faille appelée « goût de bouchon ». Le goût de bouchon ne vous fera pas mal, mais atténuera les arômes et les saveurs du vin, en plus de donner une odeur de moisi et de carton humide. Déboucher une bouteille avec un bouchon en liège peut être romantique, mais un vin avec des arômes de chien humide ne l’est certainement pas !

 

 

Bouchon à vis : ses bénéfices et interrogations

Les bouchons à vis ont été introduits pour la première fois à la fin des années 1950, lorsque les producteurs de vin cherchaient un moyen pour résoudre ces problèmes de qualité liés à l’utilisation du liège. Le bouchon est en aluminium avec un revêtement en polyéthylène ou en étain qui crée un joint très étanche. Selon le type de revêtement, il peut empêcher complètement l’infiltration d’oxygène ou permettre l’échange de petites quantités. Et, contrairement au liège, la qualité est beaucoup plus cohérente : aucun problème avec les odeurs de bouchons.

Bien que la nouvelle fermeture ait été largement adoptée en Australie et en Nouvelle-Zélande, elle a été plus lente à se faire connaître aux États-Unis et dans de nombreuses régions viticoles de l’Ancien Monde (ahem, la France par exemple). Et ce, alors que de nombreuses variantes de bouchons à vis existent avec différents types de revêtements. Les meilleurs permettent d’ailleurs d’imiter les bénéfices du liège naturel.

La plus grande hésitation concernant l’utilisation de bouchons à vis se situe peut-être autour de la question du vieillissement des vins rouges. Hogue Cellars, une entreprise viticole de l’État de Washington, a mené une étude comparant les bouchons en liège naturel, les bouchons synthétiques et les bouchons à vis. L’étude a révélé que les bouchons à vis préservaient mieux les arômes et les saveurs de fruits dans les vins rouges et blancs. Les fermetures synthétiques ont eu des problèmes similaires avec l’oxydation et l’odeur de liège que les bouchons naturels.

Pourtant, difficile d’ignorer la romance avec bouchon en liège. Il y a quelque chose de sublime à faire glisser ce cylindre et à l’entendre « poper ». Les bouchons à vis offrent néanmoins une alternative fiable et cohérente aux vignerons qui s’inquiètent de perdre un pourcentage de leur production à cause de l’odeur de bouchon. Les fabricants de liège font néanmoins le maximum pour éradiquer cela, mais il y a toujours un risque.

 

Ecrit à partir de l’article de Vivino

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.