Couleurs du vin : d’où viennent-elles ?

Ce mois-ci-, embarquez avec nous dans un tourbillon de couleurs. L’automne est déjà là, et l’hiver vient. On s’intéressera à toutes les couleurs de ces saisons : orange, jaune, rouge, ainsi qu’au blanc et noir (oui, on sait). Mais à tout seigneur tout honneur, on va commencer par s’intéresser aux couleurs d’une boisson qui nous est particulièrement chère : le vin.

Les éléments qui font la couleur d’un vin

Le cépage :  La variété du raisin est un des paramètres les plus importants pour la couleur du vin. Le pinot noir, par exemple, possède un pouvoir moins colorant que du cabernet-sauvignon. C’est du cépage que viennent les différences d’intensité de la couleur du vin dans le verre.

Le climat : Que ce soit pour un blanc ou un rouge, un climat frais donnera plus de clarté à la robe de votre vin. Néanmoins, il n’y a pas que la chaleur qui compte, mais aussi l’orientation des vignes par rapport au soleil, l’altitude ou encore un éventuel microclimat.

La vinification : L’intensité de la couleur dépend en partie de la force de l’extraction. Certaines techniques permettent d’extraire davantage de matière, et par conséquent, davantage de couleur.

L’élevage : Un embouteillage rapide, sans passage en cuve ou barrique, a tendance à affaiblir la teinte du vin. Un élevage dans l’un de ces contenants permettra à la robe du vin d’atteindre des couleurs plus riches.

La qualité : Des vins « industriels » – produits en grande quantité, risquent de beaucoup perdre en pigments, et donc en couleurs. A l’inverse, un vin élaboré pour résister au temps conservera son intensité chromatique pendant de longues années ou pourra la voir évoluer.

D’où le rosé tire-t-il sa couleur ?

© Les Grappes

Non, le rosé n’est pas un mélange de vin blanc et rouge. Cette pratique n’est d’ailleurs autorisée que pour des cas très particuliers, comme l’élaboration de champagne rosé. Le rosé, le vrai, est issu de deux techniques différentes. On aura d’une part le rosé de pressurage direct où les grappes sont ici directement pressées. Cela donnera en général un rosé très pâle. D’autre part, on aura  le rosé de saignée, où le raisin est encuvé comme pour le rouge, mais avec une durée de macération très courte.

Les vins originaux : jaunes, oranges et et bleus

© Noovo

Emblème du Jura, le vin jaune est issu d’un cépage local, le savagnin. Il doit sa couleur à son élaboration très particulière. En effet, après sa fermentation, il va être conservé 6 ans et 3 mois en fûts de chêne sans ouillage, c’est-à-dire sans compléter la partie du vin qui s’est évaporé. Un voile de levure se forme alors à la surface du vin, lui évitant ainsi oxydation et contact avec l’air. C’est à cette technique que le vin jaune doit sa particularité. Il est ensuite célébré lors de La Percée du vin jaune, où chaque année, après les 6 ans et 3 mois de vieillissement, les premiers tonneaux de vin jaune sont mis en perce.

Le vin orange n’est rien d’autre qu’un vin blanc tanique ! En effet, il doit sa couleur à sa vinification. C’est tout simplement un vin blanc vinifié comme du vin rouge !

Pour le vin bleu, sa couleur vient aussi de son procédé de fabrication, faisant appel à des pigments naturels, l’Anthocyane, issus des peaux de raisins utilisés que l’on mélange avec les raisins blancs et rouges pour finalement obtenir ce vin bleu ! Il existe également un vin bleu corse, nourri par des minéraux naturels tels que des herbes et des algues. Sa fabrication est protégée par un brevet.

 

Bien sûr, la couleur du vin est bien plus complexe que seulement rouge, blanc, rosé, orange ou bleu. On parlera d’un rouge rubis, violacé, acajou, grenat ou d’un blanc or, citron, vert, ou paille. Pour parler de la robe d’un vin, trois éléments définissent son aspect visuel : sa teinte, sa limpidité et son intensité. Déguster un vin, c’est aussi l’observer, le regarder, l’admirer. Pour une fois, rincez-vous l’œil autant que vous le voudrez !

Commentaires

  1. Pingback: Nuit Blanche : Que boire pendant vos déambulations ? - Aveine - Blog

  2. Pingback: Vendanges au bout de la nuit - Aveine - Blog

  3. Pingback: Vinho Verde : le « vin vert » portugais - Aveine - Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.